S. Couleau - Destination Agen

Nouvelle-Aquitaine, Lot-et-Garonne

Vieille ville d’Agen

Entre maisons à pans de bois médiévales et cathédrale gothique-romane, la vieille ville d’Agen charme par son ambiance de village convivial.

La grande indécise d’Agen.

Habitée depuis plus de trois millénaires, la région d’Agen présente une Histoire si riche qu’il semble parfois difficile d’en suivre le fil. La cathédrale Saint-Caprais elle-même, pourtant parmi les plus anciennes résidentes du plus ancien quartier de la ville, semble bien en peine d’offrir un récit linéaire. Cette grande bâtisse, qui fut tour à tour basilique puis collégiale, puis cathédrale Saint-Etienne, avant d’obtenir son nom actuel en 1802, porte en effet sur elle les stigmates d’une construction mouvementée, étalée sur plusieurs centaines d’années. Comme une mer aux marées fluctuantes, les siècles ont laissé sur la façade des strates d’architectures différentes lui donnant une allure singulière. Son clocher, par exemple, s’inspire de pas moins de trois courants gothiques différents. De là, sans doute, son classement au registre des Monuments historiques dès 1862. Si la plupart des visiteurs y viennent pour admirer les splendides peintures murales du XIXe siècle, les férus d’Histoire se hisseront plutôt à son sommet pour jouir d’un panorama complet sur la vieille ville d’Agen, et ainsi tenter de lire l’Histoire dans les dessins de ses étroites ruelles.

La grande indécise d’Agen.

Destination Agen
Théâtre et musée des Beaux-arts d'Agen

Ses deux favorites…

Quelle est la plus belle rue de la vieille ville d’Agen ? La question était innocemment posée, mais voilà qu’elle provoque un débat enflammé chez les habitants. Une reine de beauté se détache : la rue Beauville, sans doute le témoignage le plus vivant du passé médiéval du lieu. Le soleil lui-même peine à s’engouffrer dans cette ruelle si étroite qu’elle semble une brèche dans le temps présent. La chaussée y est encore pavée, les maisons à colombages et encorbellement exhibent leur charpente de bois. Tout y paraît rustique, brut, ancien. Seule la maison du Boulanger assume la coquetterie d’une porte cochère bleue surmontée d’une voûte ouvragée. Certains Agenais lui préfèrent cependant la rue des Cornières. Le nom est bien choisi puisque ce sont les "cornières", précisément, qui en font l’identité particulière. Ces galeries, dont les arcades rondes ou ogivales soutiennent les étages supérieurs des habitations, abritent les flâneurs de la chaleur des après-midis du Sud et bordent la rue jusqu’au lieu le plus emblématique de la vieille ville d’Agen.

Sa reine historique.

Elle est bien faite, la vieille ville d’Agen. En suivant les tunnels formés par les arcades des maisons traditionnelles, le promeneur débouche sur son lieu le plus emblématique : la place des Laitiers. Son nom seul évoque un passé d’artisans et de producteurs où, chaque matin, les cruches pleines de lait fraîchement trait s’entassaient sur les pavés dans l’attente d’être vendues. Elles sont aujourd’hui remplacées par les étals du marché hebdomadaire et les animations de l’incontournable Pruneau Show, en août. Aujourd’hui encore, la place des Laitiers reste le lieu incontournable de rencontre et de convivialité dans la vieille ville d’Agen. On se donne rendez-vous à côté du Pèlerin, cette grande statue contemporaine signée Toutain, un artiste local. Censé illustrer le rôle d’étape joué par Agen sur les routes de Saint-Jacques-de-Compostelle, il symbolise surtout par sa posture la marche continue de la ville vers l’avant, entre héritage du passé et promesse d’avenir.

Informations pratiques

Adresse

place Jean-Baptiste Durand
47000 AGEN
France

Horaires d’ouverture



Tarifs d'entrée :
    Gratuit

Commentaires

Plsu d'informations auprès de l'office de tourisme d'Agen au 05 53 47 36 09