© Musée d'Orsay / Patrice Schmidt

Île-de-France, Paris

Musée d'Orsay

Connu dans le monde entier pour sa collection de toiles impressionnistes, le musée d’Orsay séduit aussi par son cadre moderne et insolite.

Quand l’art prend l’air.

Le musée d’Orsay est semble-t-il un musée pressé, qui n’attend pas que vous ayez franchi son seuil pour vous abreuver d’œuvres. Sur son esplanade déjà, telles des vigies scrutant la Seine et le jardin des Tuileries, six statues s’alignent, le regard fier, imperturbables depuis l’ouverture du lieu en 1986. Elles ont perdu leur doré d’origine, mais rien de leur superbe. Guerrières ou maternelles, elles sont l’allégorie des six continents du globe et vous vous amusez à découvrir ici la rotondité d’un fruit exotique, là le nom d’un président ou d’un pays qui vous permette d’identifier chacune d’elles. Pour autant, elles ne sont pas les seules à s’être échappées des murs du musée. En déambulant sur l’esplanade, vous tombez nez-à-nez avec un cheval menacé par une herse, presque menaçant lui-même, par un rhinocéros qui vous toise, par un éléphant si expressif qu’il vous semble entendre son barrissement, lequel vous invite à vous offrir une halte artistique dans votre balade parisienne. Le musée d’Orsay, une ménagerie des plus inattendues.

Quand l’art prend l’air.

Gare aux impressions.

Dans l’intimité de ses murs, pourtant, le Musée d’Orsay n’a rien d’un zoo, mais pas grand-chose d’un musée non plus. L’ambiance qui y règne tient moins de l’appréciation chuchotée dans des salles tamisées que du bouillonnement joyeux d’un hall de gare. Voilà qui tombe bien : c’est précisément dans une ancienne gare que le musée expose aujourd’hui ses collections. De là une architecture industrielle où dominent le fer forgé et le verre, le minimalisme et l’efficacité. Le long de l’immense nef de 32m de haut qui s’étend depuis l’entrée, vous imaginez sans peine des rails et l’arrivée tonitruante de trains, aujourd’hui remplacés par une allée de statues silencieuses comme la pierre. Sur le mur du fond, l’imposante horloge ouvragée, qui pressait les voyageurs d’hier, vous intime l’ordre de prendre votre temps pour flâner entre les œuvres. Aujourd’hui, la fumée des locomotives s’est dissipée, laissant la lumière du soleil s’engouffrer dans l’immense verrière du plafond. Au musée d’Orsay, les œuvres sont sublimées par la lumière naturelle. Les toiles impressionnistes, mouchetées de rayons, s’en régalent.

Impressionnants impressionnistes.

Parfois, parcourir le musée d’Orsay donne l’impression d’être arrivé en gare de Cannes un jour de festival, tant les célébrités s’y font nombreuses. La Danseuse de Degas semble ainsi confondre la lumière de la verrière avec celle de projecteurs, les participants du Déjeuner sur l’herbe de Manet regardent avec envie et admiration L'Origine du monde selon Courbet. Un duel au sommet du scandale pictural, pour lequel Van Gogh lui-même, depuis le cadre de son célèbre autoportrait, sert de témoin. Il demeure que les stars du lieu sont sans conteste les impressionnistes, qui représentent près du tiers des 3 500 toiles exposées. Deuxième musée le plus visité de la capitale française, le musée d’Orsay est connu dans le monde entier pour détenir la plus grande collection impressionniste et postimpressionniste du monde. Impressionnant, cela va sans dire. D’autant plus que loin de se reposer sur cet acquis, le musée vous offre une véritable traversée des domaines artistiques au tournant du XXe siècle : de la peinture, bien sûr, mais aussi de la sculpture, de la photographie, et même de l’architecture et des arts décoratifs. Le voyage promet d’être beau.

Informations pratiques

Adresse

rue de la Légion-d'Honneur
75007 PARIS
France

Horaires d’ouverture



Tarifs d'entrée :
    Plein tarif : 14 €
    Tarif réduit : 11 €
    Jusqu'à 25 ans : Gratuit
    Demandeurs d'emploi : Gratuit
    Handicapés(adultes) : Gratuit

Fermé : 1er mai et 25 décembre

Commentaires

Accès : pour les visiteurs individuels, quai Anatole France et rue de Lille pour les visiteurs en groupe