Cécile Triballier - CMT

Nouvelle-Aquitaine, Charente-Maritime

Eglise Notre-Dame de Surgères

Au croisement de la campagne charentaise et de l’Atlantique, entre les marais de Rochefort et poitevins, découvrez un chef-d’œuvre roman devant la façade de l’église Notre-Dame de Surgères.

Entre l’Anjou et le Poitou : l’église Notre-Dame de Surgères.

Entre Saintes et Niort, non loin de l’A10, arrêtez-vous à quelques kilomètres de La Rochelle, dans la petite ville de Surgères. Située au cœur de la Charente-Maritime, aux portes du parc naturel régional du Marais poitevin, Surgères vous installe dans l’ancienne province de l’Aunis. Un voyage dans le temps et l’espace que vous poursuivez vers le centre de la ville pour découvrir son monument fondateur : Notre-Dame de Surgères. Il faut vous enfoncer dans l’enceinte médiévale de la ville pour aborder ce chef-d’œuvre de l’art roman, saintongeais pour être précis. Un édifice aunisien que l’on doit à la famille Maingot qui prit en charge les travaux à la fin du XIe siècle. Détruite pendant la guerre de Cent Ans, l’église a traversé les vicissitudes du temps et vous livre la finesse de l’art roman à travers les portails aveugles et les chapiteaux sculptés. A l’ombre des hêtres voisins, dans la fraîcheur du parc, la grâce vous guide jusqu’à l’intérieur du site.

Entre l’Anjou et le Poitou : l’église Notre-Dame de Surgères.

Cécile Triballier - CMT

Découvrez l’art roman saintongeais à son paroxysme.

S’il vous est facile de rester fasciné par les 23m de long de la façade, vous passez sous les figures qui constituent les modillons pour entrer dans l’intérieur du vaisseau. Au-dessus de vous, votre regard croise des monstres en tous genres, des signes du zodiaque, des atlantes et des sirènes. Laissez votre imagination déchiffrer le sens des 116 personnages entremêlés dans une liane sculptée. Franchissez enfin ce portail onirique pour découvrir l’intérieur de l’église où les symboles sont légion. Une fois accoutumé au clair-obscur et à la fraîcheur des lieux, vous vous retrouvez devant d’imposants piliers octogonaux soutenant la toiture. Prenez soin d’admirer les chapiteaux. Si certains vous dévoilent des motifs végétaux, vous accordez une importance particulière aux deux sculptures représentant deux anges et un démon. En vous rendant vers l’abside, vous descendez jusqu’à la crypte où vous découvrez des arcs immémoriaux reposant sur un pilier particulièrement massif. Là, des peintures du Jugement dernier du XVIe siècle ont été restaurées en 2003. Laissez ce sombre présage derrière vous pour revenir à la lumière.

Cécile TRIBALLIER / CMT

Flânez dans le parc du château de Surgères.

En effet, lors de votre arrivée dans l’église Notre-Dame de Surgères, il ne vous a pas échappé que vous vous trouvez dans un parc médiéval. Vous êtes dans le château de Surgères où trônaient jadis 20 tours derrière de larges douves. Sortez donc du bâtiment sacré pour profiter des édifices à proximité comme la tour Hélène construite au XIIe siècle, en hommage à Hélène de Fonsèque, la fille du seigneur de Surgères, proche de Catherine de Médicis et muse de Ronsard. Que vous admiriez la porte Renaissance et ses ornements sophistiqués ou que vous passiez sur le pont-levis, c’est une enclave historique qui vous retient à Surgères. Situé à votre droite en sortant de l’église, vous y trouvez un témoin de l’ingéniosité médiévale et du quotidien des habitants du château. Derrière ces portes centenaires, cachots et salle de garde vous attendent. Vous voilà à quelques pas du Surgères d’aujourd’hui. A vous de choisir si vous préférez poursuivre l’enchantement ou vous rendre dans cette charmante ville du côté des Halles ou de la Gère, le fleuve jouxtant le château. On n’apprécie les contes de fées qu’une fois l’histoire terminée.

Sentiers d’histoire

Anecdotes, courts récits… découvrez l’histoire du lieu, racontée par l’historien Jean-Pierre Guéno.

Informations pratiques

Adresse

rue Bersot
17700 SURGERES
France

Commentaires

Plus de renseignements auprès du bureau du tourisme de Surgères par téléphone au 05 46 01 12 10 ou par mail