Département des Hautes Pyrénées - Office de tourisme de Lourdes

Occitanie, Hautes-Pyrénées

Abbaye cistercienne de l’Escaladieu

Depuis le XIIe siècle, l’abbaye de l’Escaladieu offre un repos spirituel entre pierres et végétation, sur le chemin de Compostelle.

Les pèlerins face à la mer verte.

On pourrait la croire posée au milieu de nulle part, l’abbaye de l’Escaladieu. Timide, peut-être, tant elle paraît se dissimuler entre les branches touffues des bois environnants. Il faut dire que c’est là, dans ce vallon en terre des Baronnies, que l’Arroz rejoint le Luz, générant une végétation dense et verdoyante. Non loin, les thermes de Capvern et Bagnères-de-Bigorre tirent parti de ces conditions géographiques généreuses. Le château de Mauvezin et le moulin de la Ribère se disputent le statut de principale attraction touristique de la zone. L’abbaye ne semble pouvoir rivaliser. De loin, seul son clocher avec son dôme à huit pans se détache de cette mer verte, comme un guide pour les pèlerins. Car malgré les apparences, l’abbaye de l’Escaladieu tient depuis sa construction en 1140 un rôle fondamental sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, en ce qu’elle est située à proximité de la route qui conduisait alors du Béarn au pays de Foix. Les hommes de foi venaient y faire une halte, comme aujourd’hui les touristes à la recherche de tranquillité…

Les pèlerins face à la mer verte.

HPTE - Office de tourisme de Lourdes
Abbaye de L'Escaladieu

La richesse dans la sobriété.

L’habit ne fait pas le moine, mais l’architecture, si. Au premier abord, l’abbaye de l’Escaladieu surprend par son dépouillement. Est-ce là l’"échelle vers Dieu" qu’elle dit être ? On imaginait l’ascension vers les cieux pavée d’or, de fresques et de reliques ; on pensait voir exposés moult vestiges témoignant du quotidien des générations de religieux ayant vécu ici depuis le XIIe siècle. Rien de tout cela, et pourtant, l’abbaye vous parle. Par sa sobriété même, elle témoigne des principes sur lesquels reposait la communauté cistercienne : la simplicité, l’isolement, la rigueur. L’église de l’abbaye de l’Escaladieu en est l’illustration éclatante, elle dont les grandes voûtes de pierre blanche que nul vitrail ne vient colorer invite à l’apaisement. L’agencement des salles raconte une vie de travail et de silence, dominée par les lectures à haute voix de la Bible (dans la salle capitulaire), les tâches domestiques et la copie de textes sacrés (scriptorium). Aujourd’hui, seules quelques toiles viennent adorner la pierre brute des murs, lors d’expositions temporaires.

Office de tourisme de Lourdes

Des branches tendues vers le ciel.

Malgré tout, une gemme est visible au milieu de cette ode à la sobriété : un grand catalpa, planté au milieu du cloître et dont les feuilles d’un vert vif semblent avoir contaminé le pourtour des fenêtres. Son tronc tordu et ses petites fleurs blanches en font l’emblème du lieu. Car en dépit des apparences, l’abbaye de l’Escaladieu renferme un trésor, les arbres de son jardin, dont le caractère naturel s’accord bien avec le vœu de pauvreté de la congrégation. Ils sont ancestraux et spectaculaires, distingués depuis 2016 par le label "ensemble arboré remarquable". Immiscez-vous dans le cercle des hêtres, dont la disposition évoque la magie des dolmens. Les siècles ont entrelacé, noué, fusionné leurs branches de sorte qu’ils ne forment aujourd’hui qu’une seule ronde végétale. Drapé dans la majesté du doyen, le chêne Louis de Froidour domine les lieux du haut de ses 34m de hauteur et 150 ans d’existence. A le voir, on se dit qu’à l’abbaye de l’Escaladieu, l’échelle qui mène au ciel est faite de bois et de feuilles.

Informations pratiques

Adresse

route départementale-938
65130 BONNEMAZON
France

Horaires d’ouverture



Fermé : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre