Aller au contenu principal

Vivez un moment de recueillement sur l’aire de Maillé

Publié le -

Sur la route

Aire de Maillé

Un Mémorial à la Résistance rend hommage aux 124 victimes

Lors d’un de vos trajets sur l’autoroute A10 en Indre-et-Loire, faites une pause sur l’aire de Maillé située entre Tours et Châtellerault. Vous y découvrirez le Mémorial à la Résistance, une œuvre autoroutière signée du sculpteur Jacques Tissinier (1936-2018). Ce monument réalisé en 1977 rend hommages aux victimes du massacre, par les soldats de l’Allemagne nazie, du village de Maillé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un quart de la population de Maillé a été décimée
Le 25 août 1944, suite à une embuscade qui s’est produite quelques jours avant et afin de réprimer la résistance contre l’occupant, une cinquantaine de soldats allemands pénètrent dans le village de Maillé. Ils mettent le feu aux bâtiments et exécutent les habitants. Deux heures plus tard, 80 obus s’abattent sur le village. Le bilan est très lourd. Sur les 500 habitants que compte la commune, 124 périssent soit un quart de la population. Parmi les victimes, on dénombre 35 hommes, 41 femmes et 48 enfants de moins de 14 ans. 52 habitations sur les 60 sont détruites. Contrairement à Oradour-sur-Glane, autre village martyrisé par les SS deux mois plus tôt en juin 1944, Maillé sera entièrement reconstruit à l’identique après la guerre avec ses murs en moellons blancs et ses tuiles en ardoise. Arrêtez-vous sur l’aire de Maillé et recueillez-vous devant l’œuvre de Jacques Tissinier. A l’intérieur d’une monumentale sphère en béton coupée en deux, découvrez l’inscription « Morts » évoluant du centre jusqu’à la périphérie du cercle. Elle rend hommage, avec un panneau et une plaque commémorative en 3 langues (français, anglais et allemand), aux 124 victimes du massacre de Maillé.

C’est aussi sur ce lieu de commémoration que vous pourrez lire ces mots « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? », tirés de la chanson de Léo Ferré, elle-même extraite de Bierstube Magie Allemande, un poème de Louis Aragon. Une cérémonie a lieu dans le village chaque 25 août.