benisa

Provence-Alpes-Côte d'Azur, Hautes-Alpes

Observatoire interféromètre du plateau de Bure

Plus près des étoiles : rêve ou réalité ? En montant à l’observatoire interféromètre du plateau de Bure, le réel apparaît sublimé.

Un paradis pour astronomes.

A quelques heures de marche de Superdévoluy, perché sur la montagne, l’observatoire millimétrique du plateau de Bure écoute les étoiles et scrute l’univers. Car dans cette partie des Hautes-Alpes, l’air est d’une extraordinaire pureté. Le plateau de Bure abrite ainsi dix antennes paraboliques de 15m de diamètre chacune ; elles seront bientôt une douzaine. D’étranges objets métalliques qui observent l’univers jour et nuit et toute l’année. Elles peuvent même former un télescope virtuel de 760m de diamètre, grâce au principe de l’interférométrie. C’est l’Iram, l’Institut de radioastronomie millimétrique, qui a posé là son interféromètre à la fin des années 1980. Objectif : explorer en détail la naissance des étoiles au cœur des nébuleuses. Les scientifiques étudient l’évolution des galaxies primordiales. Et tentent de percer les mystères des origines de l’univers. Ce haut lieu de l’astronomie mondiale se situe au cœur des Hautes-Alpes. Vous êtes bien dans le sud-est de la France, à 2 550m d’altitude, dans le massif alpin du Dévoluy.

Un paradis pour astronomes.

Une ascension qui demande quelques efforts.

Pour atteindre le plateau de Bure et son réseau de radiotélescopes, il faut marcher, grimper même. Le spectaculaire interféromètre millimétrique conçu par l’IRAM est en effet perché à 2 552m d’altitude. Et les sentiers de randonnée ne manquent pas pour monter jusqu’au plateau de Bure. On compte neuf parcours, souvent classés "difficiles" par les spécialistes. La "face est du pic de Bure par les Echelons" reste réservée aux vrais alpinistes. La randonnée depuis Superdévoluy reste accessible, car classée "moyenne"… Mais il faut être en excellente condition physique et équipé en conséquence pour gravir la montagne jusqu’à l’observatoire. D’autant qu’il faut compter entre 4 et plus de 7h de marche pour atteindre le plateau et le pic. En été, le hameau des Sauvas, à 1 343m d’altitude, est un point de départ assez prisé. En hiver, les adeptes du ski de randonnée peuvent aussi rejoindre l’observatoire, et le télésiège du Jas monte directement à 1 900m.

Une vue à couper le souffle.

Altitude de départ : 1 471m. Durée : 7h30. Difficulté ? Un passage câblé avant l’arrivée sur le plateau de Bure, à 2 500m d’altitude. Admirer l’observatoire interféromètre exige des efforts. Quand le temps s’annonce clément, enfilez de bonnes chaussures et lancez-vous à l’assaut du plateau. Vous traversez alors des paysages époustouflants. La première partie de la randonnée, au départ de Superdevoluy, s’effectue au milieu des pâturages et des forêts. De la verdure, des moutons… Puis, il ne reste que le minéral. Les combes qui mènent au plateau apparaissent vertigineuses et splendides. Eboulis et falaises calcaires envahissent l’horizon. En marchant, remarquez la richesse de la biodiversité. En arrivant sur le plateau, vous distinguez 25 espèces végétales. Et une faune constituée de 11 espèces patrimoniales. Le plateau de Bure reste une oasis naturelle préservée. Une fois en haut, contemplez un paysage sublime, si le temps s’y prête : le massif des Ecrins, le Vercors, le Luberon et, face à vous, le pic de Bure.

Informations pratiques

Adresse

Observatoire interféromètre du plateau de Bure
05250 SAINT-ETIENNE-EN-DEVOLUY
France

Horaires d’ouverture



Tarifs d'entrée :
    Gratuit

Commentaires

Plus de renseignements auprès de l'office de tourisme du Dévoluy au 04 92 58 91 91