mick1980

Occitanie, Ariège

Château de Roquefixade

Depuis le sommet d’une falaise, les ruines du château de Roquefixade offrent un panorama unique sur cette région riche en vestiges cathares.

Vestiges historiques et légendes régionales.

Curieux paradoxe que celui du château de Roquefixade, si mystérieux et pourtant exposé aux yeux de tous, juché au sommet d’un impressionnant promontoire rocheux qui domine le village du même nom. D’en bas, il a fière allure et semble surveiller les alentours où fleurissent les châteaux cathares. Pourtant, son histoire est imprécise, incomplète comme ses vestiges ; les récits d’une source contredisent ceux d’une autre. Seule sa construction au tournant du XIe siècle et sa destruction ordonnée par Louis XIII en 1632 semblent faire consensus. Entre les deux, le château de Roquefixade a connu bien des changements de propriétaires et d’attribution, tour à tour château résidentiel puis caserne défensive, Monument historique depuis 1995… Le visiteur se lance donc dans l’ascension du sentier comme dans une enquête, dans l’espoir de faire parler les ruines au sommet. Vous suivez le sentier balisé et tombez sur une stèle de pierre blanche qui paraît pointer le ciel, vous indiquant la direction à prendre. Vous voilà lancé à l’assaut du château.

Vestiges historiques et légendes régionales.

Office de tourisme des Pyrénées Ariégeoises
Château de Roquefixade

La paix restaurée.

La falaise sur laquelle s’agrippe le château de la Roquefixade est si étroite que les 100m de longueur de l’édifice se répartissent sur deux paliers le long de la crête. Ce n’est donc pas dans le château lui-même que vous pénétrez en premier, mais dans une cour que ceignait avant une épaisse courtine. Aujourd’hui, nulle attaque ne semble vouloir troubler la quiétude du lieu et seules quelques herbes folles font de la résistance entre les pierres. De la muraille qui mesurait plusieurs dizaines de mètres ne restent que quelques pans, épargnés par les habitants de la région qui se servirent du château comme carrière de pierres après son abandon sur ordre du roi. Les siècles et la nature sauvage semblent vouloir épargner ces derniers témoins de l’âge d’or de l’édifice. Posé au pied de la muraille, les yeux levés vers le donjon, vous tentez d’imaginer l’agitation qui était celle de cette cour basse lorsqu’elle s’emplissait de canons, de soldats ou de villageois. Exercice difficile, tant le silence règne désormais au château de Roquefixade.

Office de tourisme des Pyrénées Ariégeoises

Le château dans le ciel.

Une rampe, une ancienne porte, une seconde enceinte et, sur le point le plus élevé de la falaise, à 1033m de hauteur, voilà le château de Roquefixade qui s’ouvre à vous. Bien sûr, l’imagination est de mise pour comprendre l’agencement originel des bâtiments. Du donjon dont parlent les écrits, il ne reste rien sinon un paratonnerre, aussi anachronique que symbolique. Reste aussi le panorama splendide sur les toits rouges du village en contrebas et, au loin, le pic de Saint-Barthélemy et le château de Montségur. On imagine sans peine les signaux lumineux envoyés d’un bout à l’autre de la vallée pour prévenir l’arrivée de potentiels envahisseurs. Sur son versant nord, cependant, le château de Roquefixade a conservé une trace intacte du génie de ses bâtisseurs : sa façade est suspendue dans le vide par une arche de pierre qui enjambe une faille dans la roche. Aujourd’hui encore, la vue de cet imposant édifice qui paraît comme aimanté à l’escarpement impressionne. C’était oublier le premier indice que nous donne le château de Roquefixade : son nom, Roca-fissada, de la roche fissurée.

Informations pratiques

Adresse

Château de Roquefixade
09300 ROQUEFIXADE
France

Horaires d’ouverture



Tarifs d'entrée :
    Gratuit