fototrav

Route thématique

La route du littoral vendéen

Parcourez le littoral vendéen pour découvrir, le long des rives de l’Atlantique, des espaces naturels protégés et des stations balnéaires accueillantes.

Loin de la chaleur méditerranéenne et de l’agitation de la côte basque, le littoral vendéen offre au visiteur un espace où la nature sauvage alterne avec les stations balnéaires accueillantes. L’endroit idéal pour des vacances en famille.

l'aventure au gré de la marée

De l’île de Noirmoutier à l’île d’Yeu

Votre escapade sur la route du littoral vendéen commence par une île ! Et pas besoin de laisser la voiture au garage ! Pour accéder à l’île de Noirmoutier, deux options s’offrent à vous : emprunter l’impressionnant pont de Fromentine ou passer par le passage du Gois. Si vous souhaitez rouler entouré par les eaux de l’Atlantique, vous devrez attendre la marée basse… Une fois sur l’île, laissez la voiture pour monter à bord du petit train ou de l’hippobus, tracté par des chevaux. Deux manières de découvrir les merveilles de l’île vendéenne, comme le château et musée du XIIe siècle. Particulièrement bien conservé, ses murs épais aux minces fenêtres et ses tourelles de garde impressionnent encore aujourd’hui. Un escalier mène en haut de l’édifice. Du sommet du donjon, une vue panoramique permet d’admirer l’île entière. Vous voyez au loin la mer remonter ? Il est temps de rentrer !

Une fois de retour sur le continent, descendez vers le sud pour découvrir Saint-Jean-de-Monts, l’une des premières stations balnéaires de la Côte de Lumière. Ce surnom a été donné au littoral vendéen en raison de son fort taux d’ensoleillement. Ici, tout est prévu pour la famille. Ceux qui n’ont pas encore posé leur serviette sur le sable peuvent rejoindre le golf, s’arrêter au casino, à la thalasso ou à l’hippodrome. La marée basse est l’occasion d’une partie de pêche à pied : on profite du retrait de la mer pour attraper les retardataires, crabes et coquillages, qui viendront habiller la table du dîner…

En troquant votre voiture pour un bateau, vous pouvez rejoindre l’île d’Yeu, qui se situe à moins d’une vingtaine de kilomètres. Cette île est de petite taille : longue de 10km et large d’un peu moins de 4km. Cette particularité est une chance pour l’île : cela lui a permis d’éviter la surpopulation. Vous pouvez ainsi vous promener sans croiser ni homme ni route et découvrir les dunes, les petites plages de galets… En dehors du Port-Joinville, les barques amarrées semblent s’être intégrées au paysage. Elles donnent l’impression de plus devoir bouger pour les mille prochaines années. De même, le vieux château semble sorti d’un conte de fées, telle une citadelle oubliée faisant face à l’océan.

Altitude Drone
Pont de Fromentine à Noirmoutier
Musat

à la naissance des vacances

Les Sables-d’Olonne

De retour sur la côte, poursuivez votre route sur le littoral vendéen jusqu’aux Sables-d’Olonne. Son nom est aujourd’hui connu des marins du monde entier : c’est d’ici que s’élance tous les quatre ans, depuis 1989, la plus célèbre course en solitaire, et sans escale, autour du monde, le Vendée Globe. A cette occasion, les quais se transforment en scène où chacun raconte une anecdote, un souvenir, son rêve de victoire. De quoi faire naître des vocations…

Mais les Sables-d’Olonne ne sont pas connus uniquement des aventuriers. Cette station balnéaire, l’une des premières en France, est souvent assimilée aux premiers congés payés. Apparus dans les années 1930, ils ont entraîné l’arrivée d’un tourisme de masse sur toutes les plages de l’hexagone. Il est difficile d’imaginer, en voyant les nombreux hôtels qui longent le littoral vendéen, que les Sables-d’Olonne n’étaient, il y a un siècle, qu’un tranquille port de pêche. Que l’on se rassure, Olona, le port de plaisance de la ville, est toujours bien là. Il est d’ailleurs amusant de lire les noms des bateaux éclairés, la nuit, par les lumières du marché nocturne, qui se tient chaque jour en été.

Pour retrouver un peu de calme, éloignez-vous du centre-ville. Vous trouvez rapidement ce qui fait le charme de la côte vendéenne : ses dunes de sable fin s’étirant à perte de vue. Loin de l’agitation de la ville, posez-vous pour écouter les vents puissants venus de l’océan ou de la terre souffler dans les roseaux. Lors d’une balade, découvrez la flore étonnante des dunes, avec ses roses pimprenelles, son raisin de mer et ses plantes résistant au sel, comme le pourpier, et son sable, comme le chardon bleu.

sur les canaux de la Venise verte

Le Marais poitevin

Pour finir le voyage, la route du littoral vendéen vous entraîne dans les terres. A La Tranche-sur-Mer, rejoignez le Parc naturel régional du Marais poitevin. Entre la Vendée, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime, les décors du marais ressemblent à une toile impressionniste grandeur nature. Plus grande zone humide de France après la Camargue, le Marais poitevin se parcourt en barque, d’où son surnom de Venise verte. Prenez le temps de découvrir les petits détails qui font le charme du marais, comme la fritillaire pintade, une étrange tulipe retournée. Guettez le passage d’une otarie, écoutez chanter une huppe fasciée ou admirez la pêche experte des hérons.

Le Marais poitevin est une terre où les hommes ont également laissé leurs traces, aqueducs, barrages, sans oublier les écluses qu’il est si amusant de traverser. L’origine du marais est légendaire, l’ogre Gargantua en serait le créateur. L’histoire a aussi sa place, elle se découvre avec l’abbaye royale, vieilles pierres entourées de verdure, ou, plus loin dans les terres, avec l’impressionnant donjon de Niort. Vieux de près de mille ans, ses murs épais semblent prêts à accueillir de nouveaux prisonniers, si un royaume voisin tente d’envahir le pays…

Votre voyage vous ramène vers le littoral vendéen avec la découverte de la réserve naturelle nationale de la baie de l’Aiguillon. Entre terre et mer, eau douce et eau salée, c’est un parfait compromis entre la nature et l’homme. Car ce dernier a installé ici des digues et des installations de pêche tout en respectant le territoire. Prenez le temps d’observer, sur une journée, le paysage changer du tout au tout en fonction des marées. La réserve naturelle accueille de très nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs, comme le bécasseau maubèche et le chevalier gambette, appelé ainsi pour ses fines et longues pattes. Si vos jambes vous portent encore, prenez exemple sur ces grands voyageurs et repartez en expédition !

Parc naturel régional du Marais poitevin
Promenade en barque dans le Marais poitevin