Aller au contenu principal

Les routes de la Lavande

Les routes de la Lavande, c’est toute la Provence : des couleurs douces brillant au soleil, le chant des cigales et l’amour de la terre.

La lavande et la Provence vivent une romance au grand jour, le long des routes qui mènent du Verdon au mont Ventoux.
Au fil des villages et des cités provençaux croisés sur les routes de la lavande, vous découvrez une tradition vieille comme le monde, ou plutôt, comme les gens d’ici. Les sens sont mis en éveil à chaque étape.

La Provence n'a pourtant pas toujours été la capitale de la « lavandula stoechas », le nom savant de la lavande. Dès l'Antiquité, la plupart des civilisations méditerranéennes cultivent cette plante sauvage pour ses nombreuses vertus médicinales. Dans la Rome antique, dans l'Egypte ancienne, dans la Gaule celtique, on a recours à la lavande pour soigner les malades, laver le linge et parfumer le quotidien. Au Moyen Age, on lui prête des vertus spirituelles et thérapeutiques contre les épidémies. Après avoir fait les beaux jours des parfumeurs de Grasse, elle est aujourd'hui à la pointe de la phytothérapie. Plus qu’un symbole du Midi de la France, la lavande plonge ses racines dans l’histoire du monde méditerranéen.

Sur le plateau de Valensole Au pays de l’or violet

Depuis Manosque à l’ouest ou depuis Digne-les-Bains au nord, la route qui mène jusqu’à Valensole mérite sa réputation. A travers des vallons fertiles, le maquis où l’on croise le pin d’Alep, l’œillet des rochers et le romarin, une route sinueuse file sous le regard bienveillant des Alpes et du Verdon. La voie Domitienne passait jadis par ce plateau ensoleillé. Connu dans le monde entier, ce lacet vous mène jusqu’à la petite cité de Valensole. On s’arrête volontiers dans l’une des maisons de distillation, installées à proximité des immenses champs de lavande. Ici, des abeilles font provision de fleurs pour le bonheur des apiculteurs, produisant un miel particulièrement parfumé.
Dans le centre historique, allez à la rencontre d’un héros du pays en remontant l’ancien boulevard Fréderic-Mistral, la rue principale et pittoresque de Valensole. Dans chaque boutique, dans chaque restaurant flotte une atmosphère d’autrefois qui se conjugue à merveille avec le parfum entêtant de la lavande. Une authenticité paysanne où la plante violette n’est jamais très loin. Dans les cornets de glace, dans les plats aromatisés, dans les sirops, en savon ou en boisson, découvrez les innombrables déclinaisons de la lavande, à l’ombre des platanes.
 

© StevanZZ - Valensole - Les routes de la Lavande

Le Luberon Quand le violet rencontre l’ocre

© genekrebs - Gordes, Provence, France, printemps, vallée du Lubéron - Les routes de la Lavande

Bien moins vallonnés et démesurés que sur le plateau de Valensole, les paysages qui mènent jusqu’à Apt dévoilent le Luberon le plus sauvage. Classé site remarquable du goût, Apt est une ville incontournable lorsqu’on emprunte les routes de la Lavande. C’est d’ailleurs, pour ainsi dire, la seule ville du Luberon à cultiver la lavande. Avec le plateau des Claparèdes, vous associez exploitation et exploration en découvrant les champs de lavandin, striés et colorés, qui font la particularité de la ville. Visitez, adossé aux champs, la distillerie des Agnels qui, depuis 1895, perpétue une tradition. Machines, gestes, odeurs, textures, ne manquez pas un brin du savoir-faire de ces passionnés.

Pour en apprendre plus sur la lavande et ses bienfaits, prenez la direction de Coustellet et repoussez votre immersion provençale en ralliant Lagarde-d’Apt et ses 30 habitants. Prolongement des 80ha de lavanderaies du château du Bois, le site vous révèle ses secrets de récolte et de production. Un spectacle complété par la surprenante collection d’alambics et d’ustensiles des lavandiculteurs d’antan, à découvrir sur place. Avec ces arbustes bombés, laissez cette passion couleur mauve vous envahir. Une simple promenade dans les champs au mois de juillet, avec les cigales comme guide et le soleil comme compagnon de route, devrait suffire.
 

Les Baronnies Aux portes de la Provence

Hors des terres provençales, les routes de la Lavande viennent se terminer autour du mont Ventoux. Aux portes du Vaucluse, là où les Baronnies provençales dévoilent leurs premiers atours, on retrouve les champs de lavande encadrant amoureusement Sault. Dans ce petit village posé sur une douce colline, les maisons de village pittoresques définissent le cadre charmant de votre périple olfactif. En gagnant le centre du village, vous découvrez un labyrinthe de ruelles. L’entrelacement offre une alternative agréablement désordonnée aux plantations violettes parfaitement alignées. Mais quelle vue, une fois atteint le plus haut point du village.
Plus proche du sol, vous découvrez une suite de champs et de paysages où le vert se mêle au parme en empruntant le chemin des Lavandes. Sur 5km, cette courte balade sillonne le pourtour de Sault, livrant son meilleur profil au promeneur.

Avec les routes de la Lavande, la plante sauvage vous permet d’explorer une fragrance incontournable de la culture provençale, dans son versant le plus doux.

ROUTES DE LA LAVANDE

Les sites touristiques sur votre trajet