Aller au contenu principal

La route du Verre et du Cristal

De partout la lumière jaillit, lorsque vous traversez en Lorraine, dans la région Grand-Est, les verreries et cristalleries qui prouvent que la France mérite sa réputation d’élégance.

Verres, bien sûr, mais aussi coupes, vases, bijoux, poissons et cigognes... En quelques siècles d’existence, le cristal s’est développé sous toutes les formes, sans se départir de sa réputation d’élégance.

Son histoire commence en 1676, en Angleterre. Georges Ravenscroft ajoute de l’oxyde de plomb à la composition de la pâte de verre, silice et potasse. Il passe le tout au four, à 1450°C, et obtient un verre nouveau, plus fragile mais plus beau, et à la sonorité si particulière.

L’épicentre de la verrerie de prestige se déplace alors de Venise à Londres, avant que les artisans lorrains ne reprennent la main. S’ils ne parviennent à maîtriser la fabrication du verre qu’environ un siècle après les Anglais, ils peuvent s’appuyer sur une industrie du verre déjà bien présente dans la région, et ce depuis le Moyen Age. Aidées par la présence en abondance de la matière première, les verreries et cristalleries se multiplient, pour habiller les tables des banquets, avant d’entrer, plus tard, au musée.

Nancy

Du cristal dans le sous-sol

Le chemin de la route du Verre et du Cristal commence par Nancy, capitale des ducs de Lorraine. La place Stanislas est loin d’être transparente, mais elle mérite quand même le détour : inscrite au patrimoine de l’Unesco, elle impressionne avec ses fontaines majestueuses et ses grilles ravivées à la feuille d’or. Elle est aussi un écrin dans lequel le verre et le cristal trouvent superbement leur place. Fondée en 1878, la maison Daum se distingue par ses nombreux prix et ses créations variées, des bonbonnières aux flacons, à admirer dans l’atelier sur la place, et à acquérir dans la boutique, quelques rues plus loin.

Pour voir les plus belles pièces de la collection, visitez le musée des Beaux-Arts de Nancy. C’est dans l’étonnant cadre que forment les vestiges des fortifications de la ville, en sous-sol, que sont exposés plusieurs centaines d’objets, dont des créations d’artistes célèbres comme Dali, César ou Arman.

Le musée des Beaux-Arts est également l’occasion pour Jean Daum de retrouver son collègue Emile Gallé, avec qui il fonda, en 1901, l’école de Nancy. Leur objectif : amener l’art du verre et du cristal vers de nouveaux chemins, du côté de l’Art nouveau ou de l’Art déco notamment.
© JT-Photo - Arc Héré Place Stanislas à Nancy - La route du Verre et du Cristal

De Portieux à Baccarat

Gobelets en verre et vitrail de cristal

© Kaca_Studio - Usine de fabrication de verre - La route du Verre et du Cristal
La route se poursuit vers Portieux, où François Magnien, maître d’hôtel du duc de Lorraine en 1690, obtient le droit de créer une verrerie. Avec un certain succès, puisque sa fabrique, après avoir fourni brasseries et restaurants de luxe, dispose d'un musée racontant son histoire.

Dans un autre registre, la ville de Baccarat, en Meurthe-et-Moselle, s’est spécialisée, avec la cristallerie du même nom, dans le luxe. Le musée de la ville semble une douce féérie, avec un lustre brillant de mille feux, mais aussi des meubles tout en cristal ! La passion pour le verre précieux touche même l’église. Moderne, dans un style Art déco, ce bâtiment des années 50 dispose de près de 20 000 pièces de cristal, qui laisse filtrer, dans d’innombrables variations de couleurs, la lumière.

La cristallerie de Vallérystahl, l’une des plus anciennes de France, est plus modeste. Ici, toutes les pièces sont faites à la main et soufflées à la bouche. Un travail d’artiste lorsqu’on sait qu’en plus des gobelets - la production principale de l’atelier -, les souffleurs s’amusent à créer des pièces uniques, comme un saxophone fait entièrement en verre ! A défaut de concert, vous pourrez assister à des démonstrations pour comprendre la réalité de ce travail précis et difficile.

Meisenthal

Là où naissent les traditions

Si de nombreuses fabriques ont fermé, le pays de Bitche reste une place forte du verre et du cristal, aux confins de la Lorraine et de l’Alsace, au pied des Vosges, avec des noms célèbres. La cristallerie Lalique, fondée par René Lalique, s’est longtemps inspirée, pour ses créations, des passions de son fondateur : les animaux, les fleurs, les femmes.

Plus loin, à Meisenthal, la maison du Verre et du Cristal ainsi que le Centre international d’art verrier présentent l’histoire de la fabrique locale, ouverte en 1711 et fermée en 1969. Entretemps, les artistes de la région ont eu le temps de bouleverser l’une des plus célèbres traditions. En 1858, comme la région faisait face à une terrible sécheresse, impossible de trouver les fruits, pommes rouges, noix et pommes de pin, pour décorer le sapin de Noël. Un artiste verrier de Goetzenbruck a alors l’idée de souffler des boules réfléchissantes et colorées. Les boules de Noël étaient nées, et les créateurs de Meisenthal continuent, chaque année, de présenter de nouvelles collections.

La route du Verre et du Cristal prend fin à Saint-Louis-lès-Bitche, avec la plus vieille fabrique de cristal de France. L’ouverture ayant été autorisée, en 1767, par le roi Louis XV, elle est baptisée Verrerie royale puis Cristallerie Saint-Louis, en l’honneur de louis IX. Quelques années plus tard, en 1785, elle devient la plus grande cristallerie d’Europe. Le musée de la Cristallerie Saint-Louis dispose d’une grande halle baptisée Grand Place, où sont exposées des pièces exceptionnelles, du cristal taillé, gravé, décoré à la main, avec du platine et de l’or… Une façon de prouver que, du début de la route à sa fin, de la place Stanislas à la Grand Place, l’élégance ne vous a jamais vraiment quitté.

ROUTE DU VERRE ET DU CRISTAL

Les sites touristiques sur votre trajet